LE PROJET

HISTORIQUE

Dès 2016, Manche Numérique s’est engagé dans la mise en place d’un environnement numérique de travail (ENT) pour les établissements scolaires du 1er degré. Cet ENT est le fruit d’une collaboration entre Manche Numérique, le Réseau Canopé Manche et la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de la Manche.

L’expérimentation menée en 2016-2017 a abouti en 2017 à la proposition d’un ENT via la centrale d’achats.

L’ENT s’est progressivement déployé et, en 2020, Manche Numérique fournit du service à 110 écoles dans la Manche et le Calvados, soit 542 classes, et 29 000 comptes utilisateurs.

Il permet de répondre à un besoin fort des collectivités et des établissements scolaires, tant au niveau de la mise à disposition d’un outil que du fait de mutualiser son achat et les formations.

CARACTÉRISTIQUES ET ENJEUX

Ce projet d’ENT pour le 1er degré s’est opéré en parallèle d’un projet ENT pour le 2nd degré qui est mené depuis 2013 par les collectivités ex-Bas Normandes, la DRAAF et les services académiques.

Le projet d’ENT pour le 1er degré de Manche Numérique et celui du 2nd degré qui était mené en parallèle se sont trouvés être à une période charnière en termes de marchés publics en 2020.

En outre, la fusion des Régions est effective tant au niveau des collectivités – avec la volonté d’un ENT unique pour les lycées Normands – que de l’académie – fusion des académies de Caen et Rouen au 1er janvier 2020.

De plus, les services académiques se sont déclarés favorables à une convergence des ENT sur le territoire Normand, ainsi qu’à une continuité depuis la maternelle jusqu’au lycée.

MISE EN OEUVRE DU PROJET ENT

Dans ce contexte de mutualisation et de convergence, un projet d’ENT régional plus global a émergé et Manche Numérique l’a intégré, donnant ainsi l’opportunité aux collectivités et à leurs écoles de s’associer à un projet global qui va permettre :

  • Une simplification de l’accès à l’ENT : les acteurs de l’écosystème éducatif pourront avoir accès à une plateforme unique réunissant écoles, collèges et lycées.
  • Concrétisation du cycle 3 : ce cycle de consolidation concerne les CM et les 6e . Sa mise en œuvre est rendue plus difficile lorsque des plateformes différentes sont utilisées dans le 1er et le 2nd degré.

Concrètement, le projet s’organise autour d’un groupement de commandes composé de la Région Normandie, des 3 Départements ex Bas-Normands et de la DRAAF. Le groupement de commandes est porté par la Région et concerne la mise en place d’un ENT pour le 1er et le 2nd degré. Manche Numérique, par le biais de sa centrale d’achats, permet aux collectivités de doter leurs écoles d’un ENT commun à tous les acteurs.

Présentation du projet

MANCHE NUMÉRIQUE

Manche Numérique est un syndicat mixte créé en 2004 à l’initiative du Département et des intercommunalités de la Manche.

Aujourd’hui, Manche Numérique fédère l’ensemble des territoires du département de la Manche. Au-delà d’être un aménageur de réseaux, c’est un acteur majeur du développement et de l’innovation numérique. C’est aussi un opérateur de services mutualisés, un centre de ressources et d’accompagnement des collectivités dans leur transformation numérique et d’appui pour ses membres.

Ses missions :

  • Aménagement Numérique du Territoire (déployer le réseau FttH sur tout le territoire manchois)
  • Services Numériques aux territoires (services de dématérialisation, internet, interconnexion de sites publics,… ; assistance à la gestion informatique des collectivités)

Ses membres :

Au titre de l’Aménagement Numérique du Territoire (ANT) : le Conseil départemental de la Manche  et les 8 EPCI de la Manche.
Au titre des Services Numériques (SN) : 370 membres (Collectivités territoriales, groupement de communes, Syndicats mixtes).

La centrale d’achats

Manche Numérique a mis en place en 2010 une centrale d’achats au bénéfice de ses membres.
Cette plateforme permet d’acquérir du matériel informatique, des licences ou encore des outils éducatifs. Les objectifs de la centrale sont multiples :

  • la baisse des coûts des produits grâce à la mutualisation des achats
  • la diminution des démarches administratives pour les collectivités, affranchies de lancer
    des marchés publics
  • la cohérence dans les choix techniques
  • l’uniformisation des outils sur le territoire.